Les M15 champions de France !

12/05/2017
asbr5

asbr5

Auteurs d'un fabuleux parcours, les jeunes de l'ASBR sont monté sur la plus haute marche du podium lundi 8 mai. Le premier titre jeune pour l'ASBR depuis sa création en 1952. Interview avec un grand artisan de cette victoire : Arnaud Pothron ! 


Qu'est-ce que tu peux nous dire sur ce fabuleux parcours depuis le début de saison ?

 Déjà on peut dire que c'est un parcours plutôt performant, on a perdu qu'un set en 7 tours (contre Toulouse au 7ème tour). Avec ce parcours, on pouvait nous considérer un peu comme le favori. Nous étions les seuls invaincus. Toutes les équipes que l'on a rencontré hormis Harnes (6ème tour) et Toulouse (au dernier tour), ont vite été éliminé. Forcément on a eu un peu de chance dans le tirage mais ça fait partie du jeu.
On s'est fait un peu peur à Toulouse pour pas grand-chose. On gagne le premier set mais après on est pris par l'ambiance mais on trouve les ressources nécessaires. Ce 7ème tour c'était aussi une déception d'éliminer nos amis d'Hyères.
L'objectif c'était d'accéder à la phase finale parce que le club n'en a pas joué tant que ça. Et puis c'est cette même base d'équipe (5 joueurs) qui avait joué à Villebon la phase finale des benjamins. Une phase finale c'est une autre compétition un peu comme des play-offs !

asbr1

Et si on parle plus précisément de ces 3 jours de phase finale ?

En prenant du recul, on a eu un parcours de champion avec les aléas que les équipes victorieuses peuvent rencontrer. L'équipe a toujours su réagir dans les moments compliqués (balle de match pour Harnes en demi-finale notamment). On a joué avec beaucoup de pression jusqu'en finale. D'ailleurs c'est sur cette rencontre où on a joué avec le moins de pression. On leur a dit dans le vestiaire de jouer sans pression, « ne passer pas à travers dans le jeu, on a gagné déjà une médaille ». Notre phrase de dimanche soir jusqu'à la rencontre de lundi c'était « L'envie de gagner doit être au-dessus de la peur de perdre ». On peut dire qu'ils ont bien respecté cela.

asbr2

A l'échauffement j'ai senti que quelque chose allait se passer ! Je devais refaire le strap de Timothée, passé chez le kiné cette semaine. Mais pris dans l'élan de la journée, on a complètement oublié. Quand j'ai demandé au jeune s'il voulait que je le refasse. Il était dans sa finale et il m'a dit que c'était bon, j'ai senti qu'il était concentré et que ce détail ne l'empêchera pas de performer pendant la rencontre. Dès le début du match, le passeur l'a beaucoup sollicité et ça a très bien marché.
On a vu que tous les joueurs étaient sereins, déterminés. On ne les a jamais sentis en panique même au 2ème set où on a déjoué. On était très confiant au vu de la tournure du match surtout après avoir gagné ce premier set. Ils étaient moins nerveux que pendant d'autres matchs du week-end.

Plus de soulagement à la demi-finale qu'à la finale, ça s'est tellement bien passé. Pourtant il y en avait de la joie mais c'est le temps de réaliser ! Joie indescriptible, j'ai voulu le partager avec les joueurs, le public. Rapidement j'ai eu des pensées pour les gens qui ont contribué à la construction de ce club et à faire évoluer le club.

asbr3

Qu'en est-il de cette génération qui vient d'être championne de France ?

Il ne faut pas oublier que de ce groupe, il va rester 5 ou 6 joueurs sur 12. C'est une bonne structure. Timothée va faire le doublon en Coupe de France : M17 et M15. L'objectif serait de faire une double phase finale : M17 et M15. Cette génération M17, né en 2001, n'a pas connu de phase finale et on aimerait à tout prix qu'ils en connaissent une. Ils le méritent !

asbr

Sur la génération filles, on va démarrer avec une génération M13 que l'on va faire évoluer. Les M17 filles ont encore une chance pour disputer une phase finale. Elles doivent pouvoir le faire en fonction des évolutions au cours de la saison.

 

On finit par les images du podium avec les confettis !

asbr4